CCS
CCS Events
CCS Libraries
About CCS
CCS Projects
BRICS
CCS Highlights


Publication Details

Reference
Mbonda, Ernest-Marie  (2003) Intellectuels africains et patriotisme : a propos de la fuite des cerveaux . Codesria 30th anniversary conference : 1-10.

Summary
Il y a quelques années, la Commission Économique des Nations Unies pour l'Afrique
(cf. Programme-Cadre pour la mise en place, le renforcement et l'utilisation des capacités
essentielles en Afrique, Addis-Abeba, 1996) fournissait à propos de la fuite des cerveaux les
chiffres suivants : entre 1960 et 1975, ce sont 27000 hauts cadres africains qui ont quitté leur
continent pour s’établir en Occident. Une décennie plus tard, ce chiffre s’élevait à 40000
personnes (représentant par ailleurs le tiers des personnes les plus qualifiées). De 1985 à
1990, on estime à plus de 60000 le nombre de médecins, d’ingénieurs et de professeurs
d’université qui ont émigré de leurs pays. Aujourd’hui, on pense que cet exode s’est accru, de
sorte qu’ils seraient autour de 20000 ceux qui chaque année vont vers l’Europe et l’Amérique
à la recherche des meilleures opportunités de travail et d’épanouissement.
Pareilles statistiques, comme bien d’autres qui existent au sujet de la fuite des cerveaux,
sont rarement neutres de toute arrière-pensée normative. Sous les apparences d'une simple
description sociologique, la notion de fuite des cerveaux cache en elle-même un jugement de
valeur sur les devoirs des intellectuels à l'égard de leurs patries. On ne parlerait pas de
« fuite » si l'on ne considérait pas tout intellectuel comme étant d'abord rattaché à un pays ou
à un continent particulier, et ayant à son égard une certaine « obligation patriotique » de
contribuer, de toute la force de ses capacités intellectuelles, à son développement, à sa
prospérité et à son rayonnement. La fuite de cerveaux s’apparenterait alors à une démission,
voire à une trahison de la part de ceux-là même sur qui reposaient tous les espoirs de mise en
oeuvre des projets nationalistes et panafricanistes qui ont fleuri autour des périodes des
indépendances en Afrique. Les intellectuels qui ont choisi l’expatriation pourraient être
accusés d’avoir voulu accorder la préférence à leurs intérêts particuliers, et de s’être
désolidarisés de manière coupable du destin de leur peuple, d’avoir manqué au devoir
d’apporter une contribution, si modeste fût-elle, à la construction de sociétés africaines justes,
démocratiques et prospères.
La question qu’on pourrait se poser d’emblée est celle de savoir si le patriotisme (ainsi
d’ailleurs que le nationalisme) peut être considéré comme une vertu, et si dans la même
logique, la fuite des cerveaux peut être indexée comme un vice. Il n’y a pas de réponse
évidente à cette question, au moins en ce que la fuite pourrait signifier aussi bien une
dérobade coupable, qu’un moyen d’échapper à des climats politiques intolérables et hostiles à
l’épanouissement des intellectuels. La première hypothèse impliquerait que le patriotisme –
l’attachement d’un « cerveau » à sa patrie – soit considéré comme une vertu. Mais non
seulement le principe même de cet attachement est discutable, mais aussi il pourrait y avoir
des situations où c’est la fuite elle-même qui devrait être considérée comme une vertu, si du
moins elle permet de mettre au service de l’humanité entière (à travers des États qui les
reconnaissent et les valorisent) des talents qui autrement se seraient sclérosés.
Le deuxième ordre de préoccupation touche à l’appréciation de l’impact réel de la fuite
des cerveaux sur la mise en oeuvre de l’idéal panafricaniste. Si l’on estime – à tort ou à raison
– que cet idéal n’a pas atteint le niveau optimum de réalisation que les Africains avaient
légitimement espéré, peut-on s’en prendre aux intellectuels émigrants qui auraient, par leur
départ, privé l’Afrique de leur précieuse contribution ?

On The Web 
Read Publication 
 cast your net a little wider...
 Radical Philosophy 
 AFRICAN ENVIROMENTAL JUSTICE DOCUMENTARY FILMS 
 African Studies Association (USA)  
 New Dawn Engineering 
 Wikipedia 
 Indymedia Radio 
 Southern Africa Report online 
 Online Anti Apartheid Periodicals, 1960 - 1994 
 Autonomy & Solidarity 
 New Formulation 
 We Write 
 International Journal of Socialist Renewal 
 Theoria 
 Journal of African Philosophy 
 British Library for Development Studies 
 The Nordic Africa Institute Online Library 
 Political Economy Research Institute Bulletin (PERI) 
 Feminist Africa 
 Jacques Depelchin's Tribute to Harold Wolpe 
 Chimurenga 
 African Studies Quarterly 
 The Industrial Workers of the World 
 Anarchist Archives 
 Wholewheat Radio 
 Transformation: Critical Perspectives on Southern Africa  
 Zanon Workers 
 Public Citizen  
 Open Directory Project 
 Big noise films 
 London Review of Books  
 New York Review of Books 
 Monthly Review 
 New Left Review 
 Bureau of Public Secrets  
 Zed Books 
 Pluto Press 
 Duke University Press  
 Abe Books 
 The Electric Book Company 
 Project Guttenberg 
 Newspeak Dictionary 
 Feral Script Kiddies 
 Go Open Source 
 Source Forge 
 www.kiarchive.ru 
 Ubuntu Linux Home Page 
 Software for Apple Computers 



|  Contact Information  |  Terms of Use  |  Privacy